samedi 16 août 2008

JO : Joie Obligatoire

Vous n’avez pas pu y échapper. Depuis maintenant une semaine, les jeux olympiques Chinois ne cessent de remplir l’espace médiatique, jusqu’à l’excès. Vous ne pouvez pas regarder, écouter ou lire un journal, sans qu’on vous assaille avec la douce litanie sirupeuse des médailles françaises (fussent-elles en chocolat), des classements et autres statistiques. La chose pourrait être acceptable - car à événement exceptionnel (ce n’est que tous les quatre ans) couverture médiatique exceptionnelle, ce qui est bien normal après tout – si nos chers journalistes avaient su garder un semblant de sens de la hiérarchisation des informations.
Surtout, que durant la semaine qui vient de s’écouler, il s’en est passé des choses dans ce vaste monde. Prenons simplement : ce qui se passe en Géorgie. Vendredi dernier, la Géorgie lançait une attaque sur la capitale Ossète, Tskhinvali, en vue de « rétablir l’ordre constitutionnel ». Quelques heures après, Moscou annonçait par la voix du Premier ministre Poutine, que la Russie allait prendre des mesures de rétorsion à l’égard de la Géorgie. S’en suivit un raid éclair de l’armée russe sur les installations militaire et les villes géorgiennes. En temps normal, de pareils événements auraient fait les unes et les ouvertures de JT. Seulement, il y a plus important : les JO.
En effet, en ces temps estivaux, la Joie est Obligatoire. Il ne faut surtout pas démoralisé encore plus les Français, qui le sont déjà bien assez. Quand j’ai exprimé mon raz le bol des ouvertures de JT sur les résultats des Jeux Olympiques, mon père m’a répliqué que « c’est ce que les gens veulent entendre ». M’ouai. Je suis tout sauf convaincu. Et ça m’a rappelé une réplique du film Good night and good luck réalisé par George Clooney - pour ceux qui ne connaissent pas ce film, il raconte « comment dans les années 50, Edward R. Murrow, le présentateur du journal télévisé de CBS de l'époque, et le producteur Fred Friendly contribuèrent à la chute du sénateur Joseph McCarthy, à l'origine de la tristement célèbre chasse aux sorcières envers les communistes » (d’après la fiche allociné) – qui dit à peu près cela : « Vous nous dites que ce n’est pas ce que les gens veulent voir à la télé (à propos d’une enquête sur le sénateur McCarthy), mais si c’était vrai que les gens ne veulent voir que des programmes abrutissant pour se divertir, pourquoi ne nous laissez-vous pas nous planter en diffusant notre reportage ? De quoi avez vous peur ? Si vous avez raison et que personne ne regarde notre émission, vous n’aurez qu’à nous congédier en prétextant un manque d’audience. Et si, au contraire, nous avons raison, nous aurons d’énorme part de marché, et c’est vous et votre chaine de télévision qui en bénéficierez via la pub. »
Toujours est-il qu’il aura fallu attendre plusieurs jours avant que les médias français traditionnels nous sortent de vrais dossiers sur ce qui se passait réellement dans le Caucase et quels étaient les véritables enjeux d’un point de vu géopolitique. C’est dans ces moments là, qu’on est content d’avoir le satellite et de pouvoir zapper sur CNN pour avoir des vraies infos et pas juste des vagues reprises de communiqués d’agence de presse russe (quelle fiabilité n’est-ce pas…).
En attendant, et en guise de remplacement, on avait droit, chaque soir, à un contre rendu plus que complet sur les moindres faits et gestes de nos athlètes expatriés de l’autre coté de la grande muraille. Qui avait pleuré ? Qui avait remporté, ou plutôt, avait failli remporter une médaille ? Qui avait envie de rentrer ? Qui avait bouché les toilettes de l’hôtel ? Ah nan, oubliez la dernière. On fait du journalisme voyons ! Pas de sujets racoleurs !
Et puis, soyons franc. Quelle idée de lancer une guerre le jour même de la cérémonie d’ouverture olympique « la plus grandiose jamais faite » ? Qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête du président géorgien ? A moins qu’il se soit entendu avec les autorités chinoises. « Vous attaquez l’Ossétie du Sud, comme ça, avec un peu de chance, personnes ne verra toutes les contrefaçons de notre « chère » cérémonie ».
Et oui, ce régime chinois est passé maître dans l’art de nous tromper avec des contrefaçons. Rien que lors de la cérémonie d’ouverture ils ont truqué les feux d’artifices ( en rajoutant des effets numériques) et nous ont floué sur la petite chanteuse chargée d’entonner l’hymne officiel de ces 29ème olympiade. En effet, comme le rapporte divers articles comme celui sur Marianne2 la petite fille aux traits angéliques que le monde entier a pu voir ( mais pas entendre ) n’était en réalité retenue que pour des raisons bassement esthétiques. Elle était chargée remplacer la vraie chanteuse, jugée trop « moche » par les autorités (in)compétentes.
Lors de la rédaction de ce petit billet, je suis retombé par hasard, en farfouillant dans mon dossier Images, sur une série de photographie publicitaire d’une campagne de pub d’Amnesty International à propos de la tenu des jeux olympiques chinois. Je ne vais pas refaire une polémique à propos du fait que ces jeux soient attribués à la Chine, car je n’en ai pas le courage, et de toute manière c’est bien trop tard. Mais je ne résiste pas à l’envie de vous mettre quelques-unes parce que je les trouve vraiment forte.

1 commentaire:

lionel a dit…

Houla ne dit plus jamais que CNN c'est de vrai info. Tu as écris cette article sous influence ? ^^

Petite erreur, tu dis "une série de photographie publicitaire d’une campagne de pub d’Amnesty International", Amnesty avait bien commander cette séries de photo mais ils ont fini par ne pas les publier (officiellement) car elles étaient jugés trop violentes, donc on ne peux pas dire qu'ils s'agissent de photo de LEUR campagne ( détail certe mais important ).
Sinon c'est bien ;-)