jeudi 31 juillet 2008

Sarkozy, les jeux olympiques et autres chinoiseries

Vous n’êtes, bien entendu, pas sans savoir que les 29ème olympiade de l’ère moderne sont sur le point de débuter dans les prochains jours. Les athlètes français, dont tout le monde s’accorde sur le fait que les chances de médailles sont très relatives, sont d’ailleurs déjà partit à l’autre bout du monde. Pourquoi faire ? Se ruiner les poumons dans la pollution chronique de Pékin peut-être. A moins que ce ne soit qu’une sorte de voyage organisé. Oui, c’est sans doute ça la vraie raison de ce voyage, le tourisme.
Mais je tiens à rassurer tous les fans de sports, pour qui les jeux olympiques, comme les coupes du monde de football, ou le tour de France, constituent un événement majeur dans le marasme de leurs petites vies : notre héros national va une fois encore nous sauver de la cruelle désillusion « médaillesque » qui nous attend. Ce héros, avec l’esprit vif qui vous caractérise, vous l’avez reconnu : c’est Sarkozy. Notre « cher » président. Il n’y a encore pas si longtemps je me faisais cette réflexion : « Ca fait longtemps que je ne l’ai plus vu courir son fameux jogging ». Je commençais même à m’interroger sur la réalité de cette soi-disant « passion présidentielle ». Un coup de com’ de plus à mettre à l’actif de ses conseillers en communication ? Bien mal m’en a pris puisque à peine quelques jours plus tard, toute les télés nous le montraient en sueur au bord de la petite route qui borde son lieu de villégiature du Cap Nègre.

Je ne suis vraiment qu’une mauvaise langue n’est-ce pas ? Comment ai-je pu penser que c’était de la pur com’. Je suis vraiment incorrigible. Mais pour me faire pardonner je vais vous confier un secret qui se murmure dans le petit microcosme politique : si Sarkozy a finalement décidé d’aller assister à la cérémonie d’ouverture du 8 août ce n’est pas par souci de real politique, ou de toute autre cabriole diplomatique. Non, non, non. C’est tout simplement qu’il va participer aux épreuves olympiques de sprint. Pourquoi passerai-t-il son temps à courir si ce n’était pas le cas ? Il veut redorer le blason de la France sportive et par la même occasion faire rêver les Français. « Du pain et des jeux » disait Juvénal du temps de la Rome antique. Sarkozy a très bien intégré ce concept. Peut-être trop bien d’ailleurs car il ne se base que sur cette formule pour gouverner. Mais passons…
Je l’imagine bien en train de penser le matin en rasant – car oui, Sarkozy ne pense qu’en se rasant le matin, avouez que c’est un peu contraignant pour gérer une nation (et pour encore quelques mois, l’union européenne) – « et si je participais au 100 mètres Olympique ? Ça ferait classe à coté de la mention « ancien président de la république française » sur ma carte de visite quand je retournerais bosser dans mon cabinet d’avocat ! C’est pas Giscard ou bien Chirac qui y aurait pensé à ça ! Et puis, avec un président qui ramène des médailles d’or avec les dents ça fera un peu remonter le moral de ces satanés français et comme ça je remonterais enfin dans ces maudits sondages, et à coup sûr, les ventes de ton disque profiteraient de cette euphorie. T’en dis quoi Carlita ? – Quoi chéri ? Je cherche mon iphone… tu ne l’aurais pas vu par hasard ? … »
Avouez qu’il nous doit bien ça, après l’échec de l’équipe de France à la coupe du monde de Rugby et de l’euro de foot, avec une médaille d’or, il l’aurai enfin son succès populaire comme l’a eu Chirac avec la coupe du monde de 98. Il aurait enfin quelques mois de répits. Et à coup sûr ses « supers réformes » passeraient comme une lettre à la poste (privatisé bien entendu !). C’est Besancenot qui va être content !

1 commentaire:

lionel a dit…

Alors là je suis très décu, laisse ce genre d'article au canard enchainé, à) l'humanité enfin tout ces "journaux" que tu as dans ta salle de bain, mais pas pour les lire ...
Et Sarkozy n'a en rien compris Juvénal, le pain est chère et les jeux décevant.